Et si dans la course à l’accélération de la performance on faisait une pause ? d’une semaine ?

Une semaine volontairement sans Webinaire, avec un article bien plus court, quel intérêt  ?

Et plus globalement, pourquoi aussi ralentir, parfois ?

Comme le disait Winston Churchill, ‘’ralentissez chauffeur nous sommes pressés’’, parfois ralentir est indispensable pour accélérer…

Avec la métaphore du kart où il est nécessaire de ralentir avant d’aborder un virage en souplesse et accélération, quels sont les virages que nous avons besoin de prendre dans nos projets d’accélération, Lean Six Sigma ou autres ?

Prenons l’exemple du Lean Six Sigma :

En phase de cadrage ou Define, nous avons besoin de phases d’imprégnation, de prise de recul, notamment lors de la vision, lors de l’intégration d’éléments factuels pour faire ressortir ce qui est le plus important

En phase d’évaluation ou Measure, nous avons besoin d’intégrer suffisamment les éléments remontant du terrain, pour construire la confiance, bien comprendre comment cela fonctionne

La phase de compréhension ou d’Analyze se base sur une réflexion plus poussée, presque une introspection à plusieurs sur les causes possibles.

Dans la phase de déploiement ou Improve, pour innover en termes de solution et de créativité.

En phase d’ancrage ou Control, du temps est indispensable pour s’assurer de l’appropriation par les opérationnels concernés par la transformation ? Cela prend un temps plus grand pour aller dans la profondeur, et intégrer les nouvelles méthodes, habitudes et comportements…

La majorité des entreprises et des démarches de transformation courent derrière des quick win, des résultats court terme, au détriment du long terme. La crise COVID n’a fait que renforcer cette recherche effrénée, déstabilisante. Et si la capacité, dans cette course, de s’arrêter, prendre du recul et réfléchir à une ‘big picture’, une vue globale, nous permettait d’éviter de foncer dans le mur et de trouver d’autres pistes, d’autres voies ?

Notre système nerveux est lui-même composé de deux systèmes : le sympathique -action, course- qui accélère et le parasympathique qui ralentit -digestion, repos. Son équilibre est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Et s’il en était de même pour nos organisations ?

Approfondissant l’ouvrage ‘L’éloge de la lenteur’ de Carl Honoré donne des pistes de réflexion plus globales. Nous sommes de plus en plus à courir, entre réunions -encore plus en télétravail- Cette vitesse a un côté addictif qui s’accélère et nous détourne souvent de l’essentiel, tant professionnel que personnel.

Et pour vous ? Où décideriez-vous de vous poser plus, de prendre du temps pour aller plus en profondeur, vous poser ?

Reparlons-en ensemble !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *