Le lean management : vers une amélioration de la performance

Face à une concurrence croissante au niveau national et international, les entreprises éprouvent le besoin d’évoluer et d’améliorer leur compétitivité. Ainsi, dans ce contexte, elles recherchent de nouvelles méthodes d’organisation leur permettant de réduire leurs coûts, d’améliorer leur performance et d’atteindre leurs objectifs. Pour se faire, elles adoptent une stratégie opérationnelle appelée le lean management. 

Concept né au XXe siècle, le lean management se montre toujours très actuel. En effet, les entreprises savent ce qu’elles ont à gagner en appliquant ses principes. Approche de gestion visant à améliorer la rentabilité, la productivité et la qualité des ressources, produits et services, son efficacité est reconnue. C’est pourquoi de plus en plus de managers et d’entrepreneurs se forment au lean management, dans le but d’apprendre à bien manager leurs équipes et leurs moyens.

En quoi consiste cette méthode qui engage les collaborateurs collectivement, et comment l’utiliser pour être plus efficace, faire grandir son équipe et développer ses performances ?

                           

Principe du Systèmes d’AIC ou de Management Visuel (MV)             

L’Animation à Intervalle Court (AIC) est un mode de management et d’organisation du travail sur site de production. Il repose sur des réunions rapides d’un petit nombre de personnes. Il s’agit d’une supervision active dont le but est d’identifier tout problème d’ordre organisationnel et d’y apporter rapidement une solution. L’Animation à Intervalle Court (AIC) s’appuie sur le management visuel pour piloter la performance au quotidien, en apportant le plus vite possible un plan de résolution aux problèmes rencontrés et en suivant régulièrement leur déroulement.

Concrètement, il s’agit de courtes réunions (de 5 à 15, ou maximum 45 minutes) tenues à intervalles réguliers (rotation d’équipe, jour, semaine).

Des indicateurs de performances (KPI) sont préalablement définis sur des points à piloter. Les informations afférentes sont notées sur des panneaux SQCD (Sécurité Qualité Coût Délais) par les chefs d’équipe et opérateurs. Ce Management Visuel conduit à repérer rapidement des dérives entre résultats et prévisions au niveau des indicateurs de performances, et de réagir rapidement.

L’Animation à Intervalle Court (AIC) permet ainsi de :

  • recenser les incidents
  • en identifier la cause (panne, affûtage d’un outil…)
  • définir des actions de résolution de problème le plus tôt possible
  • s’assurer de la bonne résolution du problème
  • remonter le problème au niveau supérieur si nécessaire

L’Animation à Intervalle Court est bien différente d’une simple réunion informative.

Il s’agit bien de réunions débouchant sur une prise de décision et permettant une amélioration continue méthodique. Sur un site de production comme sur un atelier industriel ou une plateforme logistique, des AIC peuvent être mis en place à chaque niveau, de l’opérateur à la direction de site ou d’entité.

Indicateurs clés pour la performance     

Les indicateurs clés de performance (Key Performance Indicator – KPI) constituent une mesure incroyablement précieuse des progrès. Ces cinq indicateurs clés (KPI) méritent une attention toute particulière de la part des entreprises qui cherchent à surpasser la concurrence.

Ainsi, par exemple, pour les fabricants industriels, le temps est critique : il est nécessaire de produire plus, mieux et différemment des concurrents avec moins d’argent, de temps et de ressources. Il en est de même dans les services, le public, les associations… Plus vite, moins cher…

Il existe de plus en plus de réglementations et de normes, de pression d’une concurrence agile déployant des produits plus rapides à commercialiser avec de nouvelles innovations, sans parler des contraintes environnementales. Par conséquent, on vise une production plus flexible, plus fluide, ou chaque opération doit apporter de la valeur. Pour atteindre les objectifs d’une démarche lean, les fabricants industriels doivent constamment surveiller, comparer et améliorer.

 
L’utilisation de la capacité

Le coût effectif de la possession et de l’entretien de l’équipement est diminué lorsque cet équipement est utilisé à pleine capacité. En mesurant la production qui est réellement produite par votre équipement et en la comparant à ce qui pourrait être produit, vous comprenez l’efficacité de votre opération. Lorsque votre usine augmente son taux d’utilisation de la capacité, elle augmente son efficacité.

La Matrice de compétences Tout d’abord, la matrice de compétence ne sert pas à dresser la  cartographie exhaustive des compétences d’une équipe.  Enfin, la matrice de compétence  est essentiellement un puissant outil du manager lean, qui lui permet de découvrir progressivement les contours de ses propres ignorances, d’en explorer les étendues et d’y remédier une par une :

– Ignorance du détail des gestes opérationnels et concrets à maîtriser, pour être en situation de réussir et délivrer au client dans les délais et au niveau de qualité qu’il attend.

– Ignorance du nombre de personnes nécessaire et suffisant qui doivent bien maîtriser ce geste dans cette équipe.

– Ignorance de la métrique pour évaluer le niveau de compétence d’une personne.

– Ignorance du niveau effectif de compétence de chacun et de sur qui s’appuyer pour former les autres.

– Ignorance de l’existence ou non de standards qui décrivent ces gestes.

– Ignorance de pourquoi commencer à former qui et comment ?

– Enfin, l’ignorance des obstacles réels que constituent la défaillance des outils, des processus et des méthodes mis à disposition des collaborateurs.

La matrice de compétence permet de se poser ces sept questions et d’y répondre de manière itérative, un problème après l’autre, comme souvent dans le Lean. Elle fournit au manager Lean un outil pour tracer sa propre compréhension instantanée de la situation et des pratiques dans laquelle son entreprise et lui-même  placent son équipe chaque jour, en particulier du point de vue du respect des personnes et du développement des compétences. C’est au manager de réagir pour modifier cette situation, en modifiant ses propres pratiques puis celles de son entreprise.

Retrouvez ici notre guide ultime du Management Visuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *