Dans son ouvrage PEAK, Anders Ericsson affirme, via plus de 30 ans de recherche, que la pratique délibérée reste accessible à chacun. Par ses nombreuses études, il nous aide à surmonter les sentiments de frustration et d’impatience  vis-à-vis de nombreux efforts que nous fournissons lorsque nous voulons réussir à haut niveau dans un domaine précis.

Il détaille une pratique délibérée conduisant à l’expertise -mais quelle expertise ? Nous parlons des maîtres d’échecs, des danseurs étoiles, des champions olympiques, ou des experts dans tel ou tel domaine… Découvrons-en ci-dessous les principes clés.

Les apprentissages clés de 30 ans d’étude !

Certaines idées préconçues ont la vie dure… et nous desservent pour développer cette expertise

Le talent inné ne se réalise pas sans efforts : souvent, une personne semble posséder un talent inné lorsqu’elle maîtrise naturellement un domaine. Comme dans le cas de célèbres musiciens-compositeurs, à l’image de Mozart, cette personne parvient à impressionner et laisser une véritable empreinte. Or, ce résultat constaté ne reflète pas les énormes efforts consentis, même s’il y a des prédispositions. Comme disait l’ex-PDG de General Electric, Jack Welch : « les leaders ne sont pas nés leaders, ils sont faits leaders ». Face à cette affirmation, l’auteur de l’ouvrage nous démontre que le talent s’acquiert par la connaissance et l’apprentissage. En effet, chaque nouvelle compétence part du principe de passage à quatre niveaux de compétence importants.

Le mécanisme physiologique d’homéostasie -d’équilibre corporel se traduit par la croissance musculaire des sportifs notamment à haut niveau. Les muscles challengés par l’effort drainent plus d’afflux sanguins, et le muscle se développe pour tenir un effort plus important. Les recherches ont de même démontré qu’à l’intérieur de notre cerveau la matière grise -les neurones et matière blanche -qui entoure les neurones- se développe aussi lorsque des zones cérébrales sont activées sous l’effort mental. Comme par exemple pour les joueurs d’échecs, les conducteurs de taxis londoniens pour se positionner dans l’espace… Donc l’entraînement focalisé conduit à une véritable croissance physique et mentale.

Les 4 niveaux de compétences ?

Nous suivons 4 niveaux de compétences :

1er niveau : inconsciemment incompétent. Ne pas savoir que l’on ne sait pas; nous n’avons même pas pris conscience du besoin de développer une compétence…

2è niveau : consciemment incompétent. Reconnaître son impéritie -manque de compétence et les savoirs-faire à acquérir. La pratique délibérée s’applique à partir de ce niveau.

3ème niveau : consciemment compétent. C’est ce stade entre 2ème et 3ème niveau où la compétence se développe par l’apprentissage conscient.

4ème niveau : inconsciemment compétent. Ce cas nous arrive lorsque nous apprenons à maîtriser des outils.

Dans un temps imparti, apprendre plusieurs compétences à la fois est presque impossible car cela nous conduit à nous disperser et nous empêche de maîtriser ces compétences à la hauteur que nous souhaiterions. Anders Ericsson suggère de se focaliser sur deux ou trois compétences maximum au même moment. Nous allons nous organiser en priorisant les domaines à faire progresser au même moment.

Les étapes d’une pratique délibérée ou d’excellence versus une pratique ordinaire

Afin de devenir maître de ses compétences, la pratique délibérée se base sur 5 étapes puissantes à suivre pour que nous puissions progresser rapidement.

1ère étape -Focaliser l’objectif à atteindre, qui est important pour nous et va nous garantir une motivation dans la durée. Pour cela, centrons-nous sur un schéma mental, une image et représentation mentale de l’objectif à atteindre.

2ème étape -Décomposons les étapes à mettre en œuvre pour développer nos compétences : comment la segmenter en sous-compétences, sous parties, et sur ces sous-parties, détecter les domaines où notre niveau est moins avancé, nos faiblesses qui nous empêchent d’atteindre l’excellence. Ce qui nous conduit à aller dans notre zone d’inconfort.

3ème étape -Imposons-nous notre propre discipline, une pratique individuelle, avec un nombre d’heures incalculable, avec une forte persévérance, est indispensable.

4ème étape -À chaque pratique réalisée, assurons-nous de réaliser notre propre évaluation avec un auto-feedback ou de demander des retours à notre environnement.

5ème étape -Le sommet de l’excellence est le ‘Gold standard’. Cela se constate lorsque les compétences deviennent automatiques et bien exécutées. 

Ces 5 étapes de la pratique délibérée ou d’excellence font toute la différence avec une pratique ordinaire, où nous développons nos compétences, devenons ‘bons’ mais restons limités à ne pas viser le plus haut niveau dans ce domaine.

Quelles compétences développer pour devenir champion ou expert ?

Pour simplifier, retenons trois approches d’apprentissage : débutant, amateur et champion/expert. Des questions se posent parfois lorsque deux individus exerçant dans le même domaine ne possèdent pas le même niveau de compétences et que celui qui dispose de plus d’années d’exercice est moins efficace que l’autre. Il s’agit là d’une différence entre amateur et expert.

Élucidées par l’auteur, ces trois approches permettent de situer un individu lors du développement de ses compétences. Certes, le niveau plus bas démontre le désintérêt à apprendre la compétence et l’abandon. Cependant, si l’individu veut maîtriser quelques connaissances, il peut passer au niveau amateur. S’il ne souhaite pas vraiment devenir expert dans ce domaine, il aura tendance à stagner dans ce niveau et se contenter de ses connaissances acquises. À l’exemple d’un apprentissage d’une langue étrangère qui est suffisante pour communiquer, mais qui n’a pas besoin de passer à un niveau d’expert pour en saisir toutes les subtilités.

Pour passer au niveau champion ou expert, il est nécessaire d’appliquer la pratique délibérée, en identifiant tous les points à renforcer pour qu’il n’y ait plus de faille. Une fois ces approches révélées, nous allons identifier le moyen de réussir pour devenir experts : l’ouvrage PEAK met en exergue des apprentissages avec la pratique délibérée 

Se construire une mentalité de champion et devenir un expert

Selon Anders Ericsson, aucun talent n’est inné. Il parle plus des prédispositions que possède l’individu avant de devenir excellent dans son domaine grâce à l’environnement dans lequel il a grandi, soit tout ce qui peut l’aider à s’initier de ses connaissances.

Pour avancer rapidement dans son apprentissage, nous aurons besoin d’une pédagogie conventionnelle. D’habitude, le savoir issu des théories est souvent mis de côté puisqu’il manque des pratiques. Pour réussir à apprendre une compétence, nous n’allons plus nous contenter de cette théorie.  

La maîtrise d’une compétence requiert des heures d’apprentissage et de répétitions, soit la règle de 10 000 heures de travail qu’Anders remet en cause. Cela demande une forte motivation et de la discipline : plus nous répétons les mêmes mouvements dans une longue période, plus nous réussissons à avoir de la qualité.

Nous allons aussi trouver un équilibre et avancer dans la zone d’inconfort pour résoudre une équation comme la pratique de l’homéostasie. Cela requiert de la discipline afin de pouvoir maîtriser ce qui était méconnaissable auparavant. Puis le feedback sur les apprentissages comptera pour trouver les points à améliorer, et atteindre ainsi l’excellence.

Et pour vous, dans quelle compétence souhaitez-vous devenir expert ?

Téléchargez l'ebook "Management Visuel de l'équipe : Créer systématiquement des équipes d'exception"

X